Cérémonie de remise de décoration le 16 avril 2017 à la Résidence de France

Le Ministre français de l’Economie et des Finances, M. Michel SAPIN, a procédé à la remise des insignes de Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur à son homologue Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le Dr. Sidi Ould SALEM.

A l’occasion de sa visite effectuée à Nouakchott les 16 et 17 avril 2017, le Ministre français de l’Economie et des Finances, M. Michel SAPIN, a procédé à la remise des insignes de Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur à son homologue Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le Dr. Sidi Ould SALEM. 

Au cours d’une cérémonie à la fois solennelle et conviviale, organisée dimanche soir dans les jardins de la Résidence de France en présence de M. Joël MEYER, Ambassadeur de France, de plusieurs personnalités mauritaniennes, d’acteurs du monde universitaire et de la recherche et de proches de l’impétrant, le Ministre français, ami de longue date de la Mauritanie, a tenu à préciser les raisons pour lesquelles le Président de la République française avait décidé, sur proposition de l’Ambassadeur de France, d’attribuer au Ministre Sidi Ould SALEM la plus haute décoration française, la Légion d’Honneur (instituée le 19 mai 1802 par Napoléon BONAPARTE pour récompenser les « mérites éminents » militaires ou civils rendus à la Nation, et qui distingue également, beaucoup plus exceptionnellement, des ressortissants étrangers qui se sont signalés par les services qu’ils ont rendus à la France ou aux causes qu’elle soutient).

Cette distinction vient d’abord reconnaître les mérites d’une personnalité éminente de la communauté académique et scientifique mauritanienne (et au-delà, africaine), qui a longtemps fréquenté les bancs de l’université française et ses laboratoires de recherche, effectuant l’essentiel de ses études supérieures à Dijon puis à Lyon, où il décrocha son doctorat en physique.

Elle vient aussi récompenser le Ministre Sidi Ould SALEM pour sa contribution majeure à l’éducation de la jeunesse, au développement de la recherche fondamentale et appliquée, ainsi qu’à l’attachement au modèle français d’enseignement supérieur et de recherche.

Enfin, cette décoration vient distinguer le visionnaire et infatigable Ministre mauritanien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique à qui l’on doit, depuis sa nomination en août 2014, un nombre impressionnant de réformes de structures (qu’il serait trop long ici d’énumérer), lesquelles ont totalement refaçonné le système mauritanien d’enseignement supérieur et de recherche en moins de trois années, le faisant entrer de plain-pied dans le XXIème siècle.

D’abord étudiant brillant en France dans les années 80-90, puis enseignant-chercheur en sciences physiques à l’Université de Nouakchott (une fois revenu au pays en 1996), le Dr. Sidi Ould SALEM a aussi très tôt fait le choix de s’impliquer dans la vie de la Cité. Tour à tour membre fondateur de l’Union des forces Démocratiques/Ere Nouvelle (UFD/EN), Premier Secrétaire Permanent du Rassemblement des forces Démocratiques ((RFD), Vice-Président du RFD jusqu’en 2010, il fut un acteur politique engagé dans l’opposition démocratique jusqu’en 2014, date à partir de laquelle il rejoint la mouvance présidentielle soutenant le Président Mohamed Ould Abdel Aziz. Pour être tout à fait exhaustif, il convient de préciser que le Dr. Sidi Ould SALEM aura aussi été Directeur général d’une importante entreprise publique (la SOCOGIM, de 2005 à 2009) et Ministre (déjà) en charge des Finances dans le gouvernement de transition de juin à août 2009.

C’est donc trois décennies faites de plusieurs vies, toutes plus denses les unes que les autres et chacune au service des autres, que le Ministre Sidi Ould SALEM donne à regarder.

Resté attaché à la France et à ses valeurs, comme à son système d’enseignement supérieur, le Dr. Sidi Ould SALEM n’a eu de cesse d’œuvrer en faveur du développement de la recherche et de l’amélioration du système universitaire mauritanien, avec le souci permanent de tisser des liens forts et durables aussi bien avec les universités et centres de recherches français, qu’avec la francophonie institutionnelle (AUF) et le reste du monde.

Dernière modification : 20/04/2017

Haut de page