Collaboration franco-allemande au parc national du Diawling

Remise des clés de deux blocs de latrines par le SCAC (service de coopération et d’action culturelle) le 18 juillet 2019

Créé en 1991, le Parc National du Diawling (PND) a été une réponse résolue aux modifications environnementales du bas delta, conséquence de la construction du barrage de Diama à l’embouchure du fleuve Sénégal. Les principaux objectifs de la création du PND ont visé, dans une perspective de développement durable, la restauration des fonctions écologiques de cette ancienne plaine d’inondation et la promotion d’un développement socio-économique de la zone, compatible avec la gestion durable des ressources naturelles. La construction d’ouvrages hydrauliques et la remise en eau du parc, tout comme les activités de restauration et de conservation ont permis un accroissement important de la biodiversité tant en nombre d’espèces qu’en effectifs de populations. Les conditions de vie de la population locale -autour du parc- se sont améliorées à travers l’appui-conseil et les divers services écosystémiques rétablis.

Dans le cadre des interventions de la coopération allemande GIZ en Mauritanie, les projets Cor-MCT et le PELIMIR collaborent depuis 2018, afin d’apporter une assistance concertée au Parc National de Diawling (PND), dans la perspective de la protection de l’environnement et de la promotion de l’emploi.

Le SCAC a financé deux blocs de latrines pour la communauté de pêcheurs et de mareyeuses « Taghredient » du PND où les hommes pêchent autour des ouvrages du parc, après la saison des pluies. Aussi ces pêcheurs procèdent-ils sur place au séchage de leurs prises, tandis que les femmes (mareyeuses) sont en charge du volet commercialisation du poisson-chat pêché et séché.

En général ces produits séchés se vendent bien sur les marchés de St Louis du Sénégal et de Nouakchott, alors que le poisson frais de l’autre rive venant de la mer est vendu localement. Mais pour ces pêcheurs et mareyeuses, les conditions de vie et d’exercice de leur métier sont difficiles car ils ne disposent pas, par exemple, d’abris adéquats contre les intempéries ni de simples toilettes sur le site de leur travail.
C’est alors que la GIZ et le PND ont sollicité le concours du SCAC pour la construction de deux blocs de latrines, soit un pour les femmes et un autre pour les hommes, sur le site de Chayal.

Le SCAC a fait appel à l’ONG Gret pour la réalisation des ouvrages, dont la remise des clefs aux bénéficiaires a eu lieu le 18 juillet 2019 au PND, en présence de l’attachée de coopération du SCAC-Ambassade de France à Nouakchott, madame Nadja ISAAC, avec la participation effective du chef de Projets Eau potable, Assainissement et Déchets de l’ONG Gret, monsieur Mamadou Isma Kane, de l’équipe du PND, des représentant-e-s des bénéficiaires, de la conseillère technique du PND, madame Samanta MAPFUMO, du conseiller technique du projet PELIMIR la GIZ, Dr. Mouléro ADEYE et du conservateur du PND par intérim monsieur Sayer Hamar Diagne.

Les responsables du PND en collaboration avec l’ONG Gret se sont engagés à accompagner par des sessions de sensibilisation et de formation la communauté bénéficiaire afin que l’entretien, l’hygiène des toilettes et du site de travail soient institutionalisés. Le projet Promo-pêche envisage également d’y contribuer prochainement, en partenariat avec tous les acteurs du PND et l’ONISPA.

La construction des latrines que toute la communauté appelait de ses vœux depuis longtemps a changé la vie des hommes et tout particulièrement celle des femmes car elle leur a rendu leur dignité.

Très active aux côté du parc, la coopération allemande la GIZ et la KfW appuient ce dernier pour des questions, entre autres liées à l’environnement, à la maîtrise et la gestion optimale des flux d’eau douce et d’eau de mer avec des écluses et la digue de Ziré -construite grâce au financement de la KfW qui, à peine terminée, est déjà malheureusement endommagée par les nombreux camions surchargés traversant le PND jour et nuit transportant du matériel d’aménagement du port de N’diago, dont les travaux qui perdurent, sont supervisés par des équipes chinoises.

Au PND, l’AFD a accompagné les tentatives de développement de l’écotourisme par un complexe touristique, mis en gestion privée, Mauri-Sert (hébergement, restauration, circuits touristiques), qui est surtout exploité durant l’hivernage. Il mériterait d’être davantage connu.

Dernière modification : 22/07/2019

Haut de page