L’AFD et la SNIM, un partenariat historique reconnu par le groupe parlementaire d’amitié France-Mauritanie en visite en Mauritanie

En Mauritanie du 05 au 09 septembre, le groupe parlementaire d’amitié France – Mauritanie (cinq députés français) s’est rendu à Nouakchott et à Nouadhibou, pour une semaine de rencontres avec les autorités et la société civile mauritaniennes. Ce séjour a été également ponctué par des visites de projets financés par la coopération française, notamment de projets financés par l’Ambassade et l’Agence Française de Développement (AFD). A Nouadhibou, le groupe d’amitié, présidé par Mme Cécile Untermaier, a visité le siège et les infrastructures de la Société Nationale Industrielle et Minière (SNIM), fleuron de l’économie mauritanienne.

Le groupe d’amitié a rencontré l’Administrateur - Directeur Général de la SNIM, Monsieur Mohamed Salem Ould Béchir et son équipe. Après une visite des ateliers de maintenance des locomotives, wagons et du port minéralier ainsi qu’un échange avec les ouvriers de l’usine, les représentants de la SNIM ont présenté les activités de l’entreprise ainsi que le partenariat avec l’AFD. En effet, la SNIM et l’AFD entretiennent des relations de confiance depuis 1979. En 2015, l’usine d’enrichissement Guelb II qui a bénéficié d’un prêt d’un montant de 75M€ de la part de l’AFD a démarré son exploitation. Cette usine à une capacité annuelle d’enrichissement de 4 millions de tonnes de fer enrichi à 68%Fe. Conscients de l’intérêt du groupe d’amitié pour le développement économique et social du pays, les représentants de la SNIM ont présenté le Centre de Formation Technique de Zouerate. La construction et l’élaboration du contenu des formations de ce centre, inauguré en novembre 2012, a bénéficié d’un prêt de l’AFD d’un montant de 7M€, accordé avec des conditions bonifiées eu égard à la mission de service public réalisée par la Société Nationale : 30% des apprenants, formés dans des filières (mécanique, électricité, chaudronnerie) où la demande exprimée par le secteur productif est forte, sont recrutés par d’autres entreprises. Ce centre, qui forme chaque année plus de 200 jeunes, constitue un exemple de formation technique adapté aux besoins des secteurs en croissance, le secteur minier contribuant à près de 30% du PIB mauritanien.

Dernière modification : 28/09/2016

Haut de page