Le sommet de Bamako pour le partenariat, la paix et l’émergence

Le 27ème sommet Afrique-France pour « le partenariat, la paix et l’émergence » se tiendra à Bamako le 14 janvier 2017, en présence d’une quarantaine de chefs d’Etat et de gouvernement ainsi que des représentants de plusieurs organisations internationales.

Le Sommet de Bamako fait suite au sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique organisé les 6 et 7 décembre 2013 à l’initiative du Président de la République François Hollande. En organisant ce sommet à Bamako, les pays africains et la France ont souhaité que le Mali soit salué pour sa souveraineté et sa démocratie retrouvées.

Les défis du Mali sont ceux de l’Afrique toute entière : la formation des jeunes, le développement de l’agriculture, l’investissement économique privé et public, l’accès à l’énergie, à l’eau, la réalisation d’infrastructures et le développement du nord du pays.

Deux thèmes majeurs ont été retenus comme objectifs de ce Sommet :

  • l’actualité politique et la situation sécuritaire,
  • les enjeux économiques et de développement.

La Paix et la Sécurité en Afrique

En proie à des conflits armés, l’Afrique est confrontée au terrorisme, aux conflits armés et à l’instabilité politique. L’évolution des risques sécuritaires, des menaces, de la cybercriminalité, des trafics de toutes sortes et la progression de la radicalisation ont connu des développements nouveaux ces dernières années.

Le Sommet de Bamako devrait permettre aux chefs d’Etats de partager une vision sur les menaces et les réponses pour y faire face, pour renforcer tous les aspects de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Afrique.

L’émergence, pour une croissance partagée riche en emplois

La croissance économique de l’Afrique est une condition indispensable à l’amélioration de la vie des populations. C’est aussi un moteur potentiel pour l’économie mondiale. Cette croissance doit être accompagnée de réformes pour la stabilité des économies africaines : amélioration du climat des affaires ; redistribution des revenus, émergence des classes moyennes formées et rémunérées ; meilleure attractivité aux investissements étrangers.

L’éducation et la formation professionnelle, l’innovation et l’entrée dans le numérique et l’accès aux financements seront au cœur des échanges entre les chefs de délégation.

L’engagement de la France renouvelé

Trois ans après le Sommet de l’Elysée, le Sommet de Bamako marquera l’importance et la dynamique des engagements pris par la France depuis 2013. Ce sera l’occasion d’annoncer de nouveaux engagements pour les années à venir.

En matière de lutte contre le terrorisme et de sécurité, l’objectif initial de formation de 20 000 soldats africains pour une autonomisation progressive des armées africaines a été largement dépassé. Le Sommet de Bamako sera l’occasion d’annoncer un nouvel objectif de formation de 25 000 soldats par an, soit 25% de plus que l’objectif fixé en 2013.

En matière d’économie et de développement, l’objectif qui était d’engager 20 milliards d’euros sur 5 ans pour le développement de l’Afrique a également été respecté, puisque 4 milliards d’euros ont été alloués chaque année depuis 2013.

A l’occasion de ce Sommet, le Président de la République annoncera l’allocation supplémentaire d’1 milliard d’euros par an pour des projets de développement sur le continent Africain soit une augmentation également de 25% en trois ans. Un fond d’investissement franco-africain à destination des PME doté de 76 millions d’euros sera créé.

En matière de climat, l’objectif a également été atteint avec la conclusion de l’Accord de Paris et un soutien de 2 milliards d’euros avant 2020 pour le développement des énergies renouvelables en Afrique. Le Sommet de Bamako permettra d’annoncer l’augmentation de ce montant à 3 milliards d’euros par an, soit 50% de plus que les objectifs initialement fixés.

Dernière modification : 31/05/2017

Haut de page