COVID-19 - Restrictions d’accès à la France métropolitaine et aux collectivités d’Outre-mer

Réouverture de l’aéroport de Nouakchott le 11 septembre 2020 mais les frontières françaises restent fermées

L’aéroport international de Nouakchott a rouvert le 11 septembre 2020. Pour autant, les frontières françaises restent fermées en raison de la COVID-19. Il reste par conséquent impossible de se rendre en France, sauf dans le cas d’urgences avérées validées par les autorités françaises compétentes.

Qui peut entrer en France actuellement ?

La liste complète des catégories admises à entrer sur le territoire national a été amendée le 18/09/20. Les catégories désormais autorisées sont les suivantes :

- Ressortissant de nationalité française, ainsi que son conjoint et ses enfants ;
- Ressortissant de l’Union européenne ou ressortissant andorran, britannique, islandais, liechtensteinois, monégasque, norvégien, suisse, de Saint-Marin et du Vatican, ayant sa résidence principale en France ou qui rejoint, en transit par la France, le pays dont il est le national ou le résident, ainsi que son conjoint et ses enfants ;
- Ressortissant de pays tiers, titulaire d’un titre de séjour ou d’un visa de long séjour français ou européen en cours de validité, ayant sa résidence principale en France ou qui rejoint, en transit par la France, son domicile dans un pays de l’Union européenne ou assimilé ;
- Ressortissant de pays tiers, en transit de moins de 24 heures en zone internationale ;
- Titulaire de passeport officiel ;
- Ressortissant étranger prenant ses fonctions en tant que membre d’une délégation en mission officielle ou personnel d’une mission diplomatique et ou consulaire, ou d’une organisation internationale ayant son siège ou un bureau en France, de même que son conjoint et ses enfants, ou séjournant en France sous couvert d’un ordre de mission émis par l’Etat d’appartenance ;
- Professionnel de santé étranger concourant à la lutte contre la Covid-19 ou recruté en qualité de stagiaire associé ;
- Équipage ou personnel étranger exploitant des vols passagers et cargo, ou voyageant comme passager pour se positionner sur sa base de départ ;
- Ressortissant étranger qui assure le transport international de marchandises ;
- Conducteur ou équipier d’autocar ou de train de passagers ;
- Membre d’équipage ou personne exploitant un navire de commerce ou de pêche ;
- Etudiant titulaire d’un VLS, d’un VCS pour études ou pour stages (hors VCS Concours), ou venant pour moins de 90 jours en provenance d’un pays dispensé de VCS, ou mineur scolarisé, justifiant d’un lieu d’hébergement en France ;
- Professeur ou chercheur employé ou invité par un établissement d’enseignement ou un laboratoire de recherche français qui se déplace à des fins d’études et d’enseignement ;
- Ressortissant de pays tiers disposant d’un VLS « passeport Talent » ou d’un VLS « salarié détaché ICT » ainsi que son conjoint et ses enfants ;
- Ressortissant étranger se rendant en France pour recevoir des soins dans des établissements hospitaliers publics ou privés.

Les voyageurs appartenant à l’une des catégories mentionnées ci-dessous peuvent entrer en France en se munissant de l’attestation de déplacement international (qui peut être téléchargée sur le site du ministère de l’intérieur) et des justificatifs prouvant l’appartenance à l’une des catégories mentionnées (ainsi que, le cas échéant, d’un visa). Aucune autre démarche n’est nécessaire.

Les voyageurs sont invités à produire avant embarquement à bord de l’aéronef le résultat d’un examen biologique de dépistage virologique réalisé moins de 5 jours avant le départ ne concluant pas à une contamination par la covid-19.
Les personnes ne pouvant justifier, à leur arrivée, du résultat négatif de l’examen biologique seront invitées à se mettre en quarantaine à leur domicile ou dans un lieu qu’elles indiqueront aux autorités sanitaires présentes à l’aéroport.

Comment se rendre en France si on ne rentre pas dans les catégories admises à entrer sur le territoire national évoquées ci-dessus ?

A titre tout à fait exceptionnel, les cas d’urgences avérées, signalés auprès des services consulaires de l’Ambassade de France en Mauritanie, au moins une semaine avant la date de départ prévue, peuvent donner lieu après étude du dossier et validation du Centre Interministériel de Crise (CIC) français à l’octroi d’un laissez-passer. L’attribution dérogatoire d’un laissez-passer n’exempte pas les ressortissants mauritaniens d’un visa en règle pour la France.

Entrée dans les territoires d’outre-mer

Le contrôle sanitaire à l’entrée des territoires d’outre-mer fait l’objet de mesures différenciées selon les territoires.

Pour plus d’information, consultez le site du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Dernière modification : 09/10/2020

Haut de page