Séminaire régional des forces de gendarmeries à Nouakchott sur le thème du terrorisme

PNG

Le lundi 30 mai 2016 a eu lieu à Nouakchott, en Mauritanie, le premier séminaire régional des forces de gendarmeries sur le thème des défis de la lutte contre le terrorisme dans la zone du Sahel et du sud Sahel.

Organisé à l’initiative du directeur général de la gendarmerie française, en collaboration avec la gendarmerie mauritanienne et avec le soutien financier de l’Espagne, cet événement a rassemblé les chefs ou hauts gradés de 18 gendarmeries européennes et africaines et les représentants de l’Union européenne et du G5 Sahel.
Etaient invités pour l’UE, en plus de la France et de l’Espagne, l’Italie et le Portugal.
Etaient présents pour l’Afrique, en plus de la Mauritanie, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Congo (Brazzaville), la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Guinée (Conakry), la Guinée Equatoriale, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Tchad et le Togo.

La séquence d’ouverture, présidée par le ministre de l’Intérieur mauritanien, a permis au RSUE pour le Sahel et au secrétaire permanent du G5 Sahel d’exprimer leur soutien à cette initiative, après les prises de parole des chefs des gendarmeries organisatrices et des ambassadeurs de ces deux mêmes pays. De nombreuses représentations diplomatiques et responsables civils ou militaires mauritaniens avaient été invités pour l’occasion.

Le reste de la journée a été consacré à des séquences de travail ouvertes aux seules délégations et aux attachés de sécurité intérieure français en poste dans les pays africains représentés. La matinée a notamment permis de décrire l’état de la menace, de partager les retours d’expérience des pays touchés récemment pas le terrorisme et d’analyser les mesures déjà mises en œuvre. Dans l’après midi ont été abordés les projets en cours et à venir et les propositions des participants pour améliorer la lutte contre le terrorisme.

Premier événement organisé sous ce format, il a vocation à être pérennisé, les participants ayant validé sa reconduction sur un rythme annuel.

Dernière modification : 24/06/2016

Haut de page